Mariam Taiwo is Connecting Cultures Through Fashion

Mariam Taiwo connecte les cultures à travers la mode

Explorer l'identité culturelle : le projet Ile Meji de Mariam Taiwo

Mariam Taiwo utilise la mode comme un pont : relier l'Afrique et la diaspora

Par Ranji Mangcu

Au cœur animé de la scène de la mode londonienne, se déroule une remarquable histoire de fusion culturelle et d’exploration créative. Née au Nigeria et nourrie par l'énergie éclectique de Londres, l'odyssée de la mode de Mariam Taiwo est tout simplement extraordinaire. Son parcours de transformation a commencé avec un projet de maîtrise final au prestigieux Central Saint Martins, mais ce n'était pas un projet ordinaire : c'était la naissance de « Ile Meji ».

Comme son nom l'indique, "Ile Meji" se traduit par "Deux maisons" en yoruba, incarnant la quête de Mariam pour harmoniser sa double identité de "Nigériane-Londres". Cette entreprise remarquable a approfondi la tapisserie complexe de son existence, comblant le fossé entre ses racines ancestrales à Abeokuta, au Nigeria, et les rues animées de Londres.

Ile Meji est plus qu'un simple projet de mode ; c'est une symphonie culturelle, un récit tissé des fils de son héritage et de son présent cosmopolite. Avec l'objectif visionnaire des talentueux photographes Jurnee Peter Chukwu et Adetolani Davies, Mariam Taiwo a non seulement cousu des vêtements, mais a également tissé des liens qui transcendent les frontières.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Mariam Taiwo (@mariamtaiwo_)


Les costumes sur mesure, la signature vestimentaire de Mariam, rencontraient l'esprit vibrant du Nigeria, alors que les coiffes victoriennes dansaient aux côtés des motifs complexes du tissu d'Ankara. Ile Meji a brillamment capturé l'essence de l'identité contemporaine, une fusion de la tradition britannique et de l'esthétique emblématique des « Nolly Babes » du Nigeria.

Dans une conversation exclusive avec AFI, Mariam Taiwo dévoile son âme, partageant les profondes idées et histoires derrière Ile Meji. Elle dévoile le pouvoir de la mode comme langage universel, fédérant le continent africain et sa diaspora. Dans un monde avide de connexion et de compréhension, Ile Meji de Mariam Taiwo est un voyage de mode qui résonne bien au-delà des vêtements qu'elle orne.

Quel a été votre premier métier dans la mode ? Comment c'était ? 

J’avais 15 ans lorsque j’ai eu mon premier emploi dans la mode, et c’était pour mon expérience professionnelle au secondaire. J'ai eu un stage de deux semaines chez Star Magazine. C’était la première fois que je ressentais ce que c’était que d’être dans l’industrie de la mode. C’était aussi à l’époque où l’émission « The Hills » de MTV était énorme. Lauren Conrad et Whitney Port étaient stagiaires chez Teen Vogue, et "Le Diable s'habille en Prada" était récent, donc être stagiaire en mode était un rôle incontournable. C'était génial. 

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Mariam Taiwo (@mariamtaiwo_)

Il y a beaucoup à lire sur les obstacles de l'industrie de la mode africaine. D’après vos expériences de travail sur et hors du continent, quelles sont, selon vous, les récompenses d’être dans l’industrie de la mode en ce moment ? 

Je trouve qu’à l’heure actuelle, les gens se soucient davantage de l’histoire et du message derrière le concept. La mode est peut-être encore une industrie superficielle, mais elle ne se manifeste plus ainsi autant qu'avant. Ce n’est certainement pas aussi superficiel que lorsque j’étais plus jeune. Une chose que j'aime dans l'industrie de la mode d'aujourd'hui, c'est que les gens veulent entendre des histoires culturelles – dans mon cas, des histoires nigérianes. Les gens peuvent s’identifier et ils s’en soucient. 

Vous êtes-vous toujours vu vivre en tant que professionnel créatif dans l’industrie de la mode ? 

Je l'ai certainement fait. Depuis que je suis enfant, je ne connais que la mode. J'ai d'abord pensé que je serais designer ou couturière. 

Je suis née au Nigeria et [enfant] je regardais ma grand-mère – qui adorait les fêtes – porter son gèlè et j'étais impressionnée. Quand je suis arrivé à Londres à l'âge de cinq ans, je cherchais des serviettes dans la maison, juste pour pouvoir montrer à ma mère différents styles de gèlè. Pendant de nombreuses années, je ne savais pas que le stylisme et la direction artistique existaient : ils ne l'enseignaient pas à l'école et je n'avais personne à la maison qui connaissait l'industrie de la mode.

Ayant grandi dans une maison nigériane sans aucun autre créatif dans la famille, dès que vous partagez un intérêt pour la mode, vous partez du principe que le design de mode est la seule carrière qui existe dans l'industrie. C'est si votre rêve ne s'arrête pas immédiatement. 

Culturellement, la plupart des gens pensent que la mode consiste uniquement à confectionner des vêtements. Cette idée m’a obscurci tout au long de mon adolescence et au début de la vingtaine. Mais j'ai toujours aimé le style. Dès l’âge de 6-7 ans, j’habillais mes sœurs et je les photographiais en pellicule et en polaroïd. Aujourd’hui encore, je me souviens du bonheur que j’ai ressenti lorsque je tenais les photos développées dans ma main. 

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Mariam Taiwo (@mariamtaiwo_)

De quel projet êtes-vous le plus fier à ce jour ? 

C'est une question très délicate, mais je dirai le travail que j'ai effectué aux côtés de Jurnee Peter Chukwu et Adetolani Davies pour mon projet de fin de maîtrise à Central Saint Martin's – Ile Meji.  

L'Ile Meji a été le début de quelque chose dans mon travail. Il n'y a rien de mieux que de découvrir ce qu'est votre métier et d'y être cohérent. J'ai des projets à venir que j'ai récemment réalisés au Nigeria – qui touchent également à ma foi chrétienne – et qui me passionnent. 

Comment est née l’Ile Meji ? 

Ile Meji est yoruba et signifie « deux maisons ». Début 2022, j'étais à Abeokuta, au Nigeria pour mon « Introduction ». C'est la première partie des célébrations traditionnelles du mariage, où les deux familles se retrouvent. J'avais entendu des histoires sur le déroulement des présentations, mais je n'en avais jamais vécu. Le mien était le premier. 

La veille de mon introduction, j'étais dans une conférence en ligne. Je me suis juste dit : « Wow, ce sont deux réalités différentes pour moi. Je comprends parfaitement les deux, mais ils ne se comprennent pas ». Je ne peux pas dire à laquelle j’appartiens parce que j’appartiens aux deux. À ce moment-là, c'est devenu très clair : je suis britannique, mais pas vraiment « britannique ». Je suis Nigérian, mais pas vraiment « Nigérian ». 

Je savais que je reviendrais pour mon mariage traditionnel dans les mois suivants, alors j'ai commencé mes recherches. Je voulais que le projet touche aux émotions que les deux « maisons » évoquent en moi et trouve des moyens résonants de fusionner leurs deux cultures. 

En produisant Ile Meji, comment avez-vous découvert que la mode vous permettait de rester en conversation avec votre foyer nigérian lorsque vous vivez à Londres, et vice versa ? 

La mode a joué un grand rôle. Habituellement, mon approche préférée en matière de style consiste en des looks sur mesure – des costumes aux chemises et cravates. 

En produisant Ile Meji , mon objectif était de mettre en évidence la supériorité perçue des vêtements occidentaux. Dans mes deux maisons, les gens vous voient en tenue formelle occidentale et vous prennent plus au sérieux. Mais si vous entrez dans une pièce vêtu de vos vêtements culturels, la perception que les gens ont de vous peut changer. 

Cette réalité a été une grande conversation dans ce projet, et il était important pour moi qu'Ile Meji la reflète. J'ai délibérément habillé de nombreux mannequins au Nigeria avec des looks sur mesure pour souligner le besoin de ce côté-là d'être vu et accepté par la culture occidentale. 

Il était important que des matériaux comme Ankara soient également utilisés. J'ai dû équilibrer les vêtements et les accessoires liés aux deux cultures.

L'une des plus grandes forces du projet était cet entrelacement des vêtements traditionnels nigérians et britanniques. Quelle a été votre approche en matière de style et de direction artistique du projet ? 

En regardant les tenues vestimentaires des deux cultures, une chose que j’ai trouvée en commun était la tenue vestimentaire formelle. C’est quelque chose que je devais garder à l’esprit, car mon approche vestimentaire la plus courante est celle des costumes et des cravates. 

Ankara est également une norme quotidienne au Nigeria, mais la plupart des gens portent encore un costume par-dessus dans le cadre professionnel. Il était important que je montre l'Ankara (fabriqué par des tailleurs nigérians) dans mon travail. J'ai sélectionné les accessoires anglais traditionnels de Michelle Lowe Holder parce que [lors de la fusion des deux], j'avais besoin que le message soit clair. Les accessoires victoriens ont apporté cette clarté. 

J'ai également évoqué les looks « Nolly Babe ». C'est une énorme communauté à Lagos. La plupart des Nigérians du Royaume-Uni ont vu le Nigeria à travers des films avant les médias sociaux, nous avons donc grandi en regardant des personnages de films habillés en Nolly Babes. Les références actuelles au style de l'an 2000 montrent beaucoup d'influence de Nolly Babe. Il était donc important pour moi de montrer aussi ce style vestimentaire. 

AFI est actuellement en route pour la Fashion Week de Joburg – Quels sont les trois créateurs africains sur votre radar en ce moment, à qui, selon vous, le monde doit prêter attention ? 

Mazelle, Pepper Row et Bloke sont certainement mon top 3 à surveiller. 

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.