Laureen Kouassi-Olsson Champions Sustainable Growth in African Fashion

Laureen Kouassi-Olsson défend la croissance durable de la mode africaine

Comment Laureen Kouassi-Olsson fait passer les marques de mode africaines au niveau supérieur

La vision de Laureen Kouassi-Olsson : défendre la croissance durable de la mode africaine

Par Ranji Mangcu

Les femmes ont toujours été des moteurs de la culture – créatrices d’espace, construisant des réseaux et transférant la culture par tous les moyens à leur disposition. Ce que l’auteur afro-américain de la théorie féministe noire, Kimberlé Crenshaw, a qualifié d’expérience « intersectionnelle » a – en conjonction avec un génie, un dynamisme et un esprit d’entreprise indéniables – inculqué une diversité, une empathie et une perspicacité qui nous aident à comprendre les besoins de la société. Il s’agit d’identifier où nous pouvons combler les lacunes et où nous pouvons reconstruire. 

Qu’il s’agisse de combler les lacunes en matière d’information sur la mode africaine ou de favoriser le développement des infrastructures des industries de la mode africaines par le biais de la collaboration, ce qui ressort à tous les niveaux est un engagement et un sentiment renouvelé de priorité dans la construction d’une industrie de la mode connectée, motivée par la collaboration et l’investissement dans le collectif. 

Cette année, Africa Fashion International rend hommage aux femmes qui sont à l’origine de la mode africaine, tant sur le continent qu’à l’étranger, aux quatre coins du système de la mode. Bravant les réalités quelque peu apocalyptiques du monde – des guerres régionales aux crises climatiques et inflationnistes – elles sont animées par des visions de l'avenir de la mode du continent africain. 

Du monde des affaires au journalisme en passant par le design et la curatelle, les femmes continuent d’aller à l’encontre des règles et des limites de l’individualisme, du symbolisme et des plafonds de verre pour démontrer les possibilités illimitées de réussite et de création de valeur dans l’industrie de la mode. 

Laureen Kouassi-Olsson, directrice d’investissement ivoirienne, est à l’épicentre de la création d’une transformation centrée sur la valeur dans le secteur de la mode africaine.

L'infrastructure économique du continent n'a pas été propice au véritable succès à long terme des créateurs de mode africains. Dans le but de combler cet écart, Kouassi-Olsson a mis à profit son engagement mutuel en faveur de la finance responsable et du développement du paysage économique africain en fondant Birimian Ventures en 2016.

Kouassi-Olsson a à son actif une carrière de plusieurs décennies dans les secteurs de l'investissement, des services financiers et du capital-investissement. Dans son amour simultané de la mode, Kouassi-Olsson a noté que malgré les hordes de talents sur le continent africain, la valeur de celui-ci créait de la valeur de manière disproportionnée ailleurs.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Birimian Ventures (@birimian)

En facilitant les liens entre l'industrie de la mode africaine à l'échelle continentale et mondiale, le groupe Birimian comprend des marques de la diaspora africaine, y compris Haïti, et des marques africaines basées à l'étranger.

Se présentant comme un programme d’accélération, Birimian Ventures offre aux entreprises de luxe africaines du capital, un soutien institutionnel et des conseils stratégiques.

Leur cohorte comprend des labels de tout le continent, dont les Sud-Africains Wanda Lephoto et Pichulik, la Côte d'Ivoire Lafalaise Dion, le mannequin guinéen, le label d'Armando Cabral Armando Cabral et le Marocain Zyne. 

La philosophie directrice de la plupart des entrepreneurs de la mode cherchant à bâtir l’industrie de la mode africaine est le désir de défendre le développement durable et à long terme des marques africaines de mode et de luxe, et l’accent mis sur la création de réseaux communautaires à la fois sur le continent et dans la diaspora.

Laureen Kouassi-Olsson est un exemple inspirant de la façon dont l'investissement et la passion pour la mode peuvent s'associer pour créer un changement positif sur le continent africain.

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.