UNESCO's Insights on How To Unlock Africa's Fashion Potential

Le point de vue de l'UNESCO sur la manière de libérer le potentiel de la mode africaine

Insider de l'AFI

L’attention du monde est entièrement tournée vers l’Afrique et ses industries créatives. De la musique et du cinéma à l'art et à la mode, il existe une soif indéniable pour les produits fabriqués en Afrique. L’industrie créative en Afrique, malgré ses problèmes, est une force économique florissante et une expression culturelle dynamique.

Il suffit de voir à quel point le monde s’est tourné avec voracité vers Burna Boy, Tems, Black Coffee, Tyla et le mouvement Amapiano ; des artistes comme Nelson Makamo ont Oprah Winfrey et Kelly Rowland comme fans ; et Thebe Magugu, Kenneth Ize, Orange Culture, Christie Brown Lukhanyo Mdingi et Sindiso Khumalo sont considérés comme les nouveaux visages de la mode de luxe africaine, auprès d'une clientèle mondiale.

RAPPORT DE MODE DE L'UNESCO

Cela rend le rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) sur « Le secteur de la mode en Afrique : tendances, défis et opportunités de croissance » très opportun.

Publié le jeudi 26 octobre à Lagos, au Nigeria, le rapport se penche sur le paysage de la mode en Afrique et fournit des informations précieuses sur l'état de l'industrie.

Dans l'avant-propos du rapport, Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO, déclare que le rapport met en évidence le potentiel inexploité de l'Afrique pour émerger en tant que leader mondial de la mode.

« Pour l’Afrique, la mode est un puissant moteur de créativité, de développement économique et d’innovation, créant de nombreux emplois, notamment pour les femmes et les jeunes. Pour mieux comprendre les forces en jeu dans ce domaine, l'UNESCO a produit le premier aperçu de l'industrie de la mode au niveau continental et a esquissé des perspectives pour son avenir.

Le rapport de 82 pages est disponible en téléchargement ici.

5 choses à savoir du rapport de l'UNESCO sur la mode en Afrique.

Le potentiel prometteur du secteur de la mode africaine

L’industrie de la mode en Afrique connaît une transformation importante, alimentée par divers facteurs. La classe moyenne en expansion du continent, l’urbanisation, la population jeune et l’afflux de technologies numériques propulsent ces progrès. Les créateurs de mode africains sont à la tête de ce changement et intègrent les connaissances et techniques traditionnelles dans leurs créations tout en contribuant à la croissance économique et en remettant en question les perceptions mondiales du continent.

Cette renaissance de la mode africaine allie tradition et innovation, donnant lieu à un mouvement dynamique qui crée des emplois pour les femmes et les jeunes et favorise la prospérité. Le rapport indique que 90 pour cent des entreprises de mode en Afrique sont des petites et moyennes entreprises, ayant un impact direct sur les communautés locales. Au-delà de son attrait visuel, la mode africaine sert de catalyseur de créativité, de développement économique et d’innovation.

Capitales africaines de la mode

Les villes africaines - Abidjan, Casablanca, Dakar, Johannesburg, Lagos et Nairobi - émergent comme des pôles influents de la mode et du design ayant un impact significatif sur l'avenir de l'industrie. En plus de leur importance financière et commerciale, ils favorisent la créativité et l'innovation dans la mode.

Les capitales africaines de la mode jouent un rôle essentiel pour façonner l'avenir de l'industrie, galvanisant les marchés et les créateurs à travers le continent, grâce aux nombreuses semaines de la mode. Ces événements captent non seulement les marchés locaux, mais attirent également l'attention internationale. Le rapport met l'accent sur le rôle des Fashion Weeks dans la mise en valeur des talents africains et dans l'augmentation de la portée des marques africaines sur la scène mondiale.

Les défis qui entravent le plein potentiel

Bien que l'industrie de la mode africaine recèle un énorme potentiel, elle se heurte à divers obstacles. Ces obstacles comprennent des investissements et des infrastructures insuffisants, des systèmes d'éducation et de formation inadéquats, une faible protection de la propriété intellectuelle, ainsi que des difficultés à accéder à de nouveaux marchés et à se procurer des matériaux abordables.

Il est essentiel de surmonter ces obstacles pour réaliser le plein potentiel de l’industrie. Malgré son immense promesse, le secteur de la mode africaine est confronté à des défis importants qui doivent être relevés pour libérer son véritable potentiel.

L’essor de la mode de luxe fabriquée en Afrique

TAIBO BACAR - Semaine de la mode du Cap 2023

Une tendance croissante est la montée de la fascination pour la mode de luxe produite en Afrique. L’essor de la mode de luxe fabriquée en Afrique a été perceptible en raison de l’expansion du commerce électronique sur le continent.

Le rapport de l'UNESCO indique que le commerce électronique a attiré 28 pour cent des Africains en 2023, soit une augmentation significative par rapport aux 13 pour cent de 2017. Le commerce électronique a également élargi le marché de consommation local.

En outre, cela a offert aux marques africaines de nouvelles possibilités puisque les exportations de textiles, de vêtements et de chaussures ont atteint le chiffre impressionnant de 15,5 milliards de dollars.

Responsabilité sociale, durabilité et croissance économique

L’industrie de la mode africaine est un catalyseur majeur de créativité, de croissance économique et de progrès. Il offre de nombreuses opportunités d'emploi, en particulier pour les femmes et les jeunes, et constitue une plateforme importante pour le progrès de l'économie créative.

L’un des points forts du rapport est la capacité de ce secteur à promouvoir l’égalité des sexes et à faire de l’Afrique une force leader dans la production de coton durable et biologique à l’échelle mondiale.

À LIRE : La mode de luxe africaine brille au gala Unstoppable Africa

Il existe néanmoins des obstacles à surmonter pour que l’industrie puisse atteindre son plein potentiel. Ceux-ci incluent des investissements inadéquats, des lois incomplètes sur la propriété intellectuelle, un approvisionnement coûteux en tissus et des impacts environnementaux.

À mesure que la mode africaine évolue, elle doit affronter ces défis de front en obtenant davantage d’investissements et de soutien en matière d’infrastructures, en renforçant la législation sur la propriété intellectuelle et en trouvant des moyens rentables de s’approvisionner en matériaux.

L'impact environnemental du secteur ne peut pas non plus être ignoré, car il reste un contributeur majeur à la pollution mondiale. Pour résoudre efficacement ces problèmes, des données fiables et la contribution des experts et de la société civile sont essentielles pour élaborer des politiques publiques qui protègent les créateurs tout en promouvant une mode durable et inclusive.

Plus important encore, le rapport révèle que l'industrie de la mode africaine présente un grand potentiel d'expansion, d'opportunités d'emploi et de progrès culturel. En réalisant des investissements appropriés, en mettant en œuvre des politiques efficaces et en promouvant la durabilité, la mode africaine peut rester un moteur de progrès, d’originalité et de croissance économique.

Rapports supplémentaires du rapport de l'UNESCO disponibles ici

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.